Hernie discal et sciatique, comment soulager vos douleurs ?

La hernie discal, qu’est ce que c’est ?

Parfois appelée fissure ou rupture du disque, la hernie discale lombaire apparaît le plus souvent dans le bas de votre dos. Elle est une des causes les plus fréquentes de mal de dos ou de sciatique.

Entre chacune des 24 vertèbres mobiles de la colonne vertébrale se trouve un disque intervertébral formé d’une structure fibreuse et solide qui contient un noyau gélatineux (voir le schéma). Ces disques donnent une souplesse à la colonne et servent d’amortisseurs en cas de choc. Une hernie discale se produit lorsqu’un disque s’affaiblit, se fissure ou se rompt et qu’une partie du noyau gélatineux fait irruption.

 

 

Causes :

  • La dégénérescence des disques intervertébraux, qui s’assèchent avec l’âge. La colonne vertébrale perd de sa tonicité, de son élasticité et de sa hauteur.
  • Une action brusque dans une mauvaise posture, comme soulever une lourde charge en position de torsion du tronc.
  • Le surplus de poids et la grossesse, qui augmentent les tensions sur la colonne vertébrale.
  • Une prédisposition héréditaire : plusieurs membres d’une famille sont parfois atteints. Les personnes prédisposées ont tendance à souffrir d’une hernie discale plus précocement, parfois même avant l’âge adulte. Des anomalies génétiques peuvent entraîner une faiblesse des structures qui composent la colonne vertébrale.

Les mauvaises positions prolongées et répétées sont également pourvoyeur de douleurs et augmente les risques de hernie discale.

Le corps n’est pas fait pour rester statique, il préfère la dynamique. 

Beaucoup de gens passent beaucoup de temps en position assise (de longues heures assis sur une chaise de bureau ou mal assis dans le canapé le soir à la maison).
Cette mauvaise habitude finit par favoriser une mauvaise posture, (dos courbé) ce qui selon les experts fini par provoquer une expulsion d’une partie d’un ou plusieurs disques intervertébraux de leur emplacement naturel, causant douleur et tensions dans le bas du dos, douleur 
sciatique rebelle.
Et également douleurs et déséquilibres dans le haut de la colonne vertébrale.

La centralisation.

La méthode McKenzie propose des étirements lombaires visant à faire revenir les disques vertébraux à leur emplacement naturel, afin de soulager la sciatique et de retrouver une certaine mobilité et liberté de mouvement.
Le principe de ces exercices est de creuser le dos et de rester dans cette position pour inciter la partie expulsée du disque intervertébral  à retourner à son emplacement d’origine (La méthode McKenzie définit cela comme la 
centralisation)
Si le disque intervertébral revient ne serait-ce qu’ un tout petit peu à sa position initiale, c’est celà en moins de pression qui sera exercée sur le nerf sciatique: moins de pression sur le nerf sciatique = moins de douleur = plus de mobilité = moins de douleur.

Les 5 étapes de la méthode McKenzie

Les mouvements de la méthode McKenzie repris dans cette liste doivent être effectués dans l’ordre: il faut être à l’aise avec le 1er mouvement McKenzie avant de s’attaquer au suivant (d’où la notion d’étape).

  1. Prone lying (Prone Prop)
    Allongé sur le ventre, bras le long du corps – Détendre le bas du dos – Garder la position de 30 à 60 secondes
  2. Prone lying on elbows  (Prendre appui sur les coudes)
    Allongé sur le ventre en s’appuyant sur les c
    oudes et les avant-bras. Les coudes sont au sol, à hauteur des épaules. Les hanches et le bassin restent toujours collés au sol – Détendre le bas du dos – Garder la position de 30 à 60 secondes – Reprendre la position 1 (prone lying)
  3. Prone press-ups
    Allongé sur le ventre, paume des mains près des épaules, comme pour faires des pompes. Relever les épaules à l’aide des bras: les bras sont tendus. Les hanches et le bassin restent collés au sol en permanence: garder la position de 30 à 60 secondes. Ensuite on relâche, et on reprend la position 1 (prone lying).
  4. Étirement lombaires progressif à l’aide de coussins
    Allongé sur le ventre, on place un coussin sous la poitrine: on garde la position quelques minutes.
    Si la position n’est pas douloureuse, on rajoute un 2ème coussin: on garde la position.
    Si la position n’est toujours pas douloureuse, on rajoute un 3ème coussin. O
    n garde quelques minutes et on relâche -on revient en la position 1 (prone lying).
    A aucun moment, le bassin et les hanches ne quittent le sol
  5. Étirement lombaires debout
    Pour cet exercice, on reste debout: on place les 2 mains dans le creux du dos et on laisse aller le haut du corps en arrière. On garde la position 20 secondes et on revient en position normale.
    Cet exercice peut-être facilement répété tout au long de la journée, et notamment après être resté assis, s’être plié, courbé, avoir soulevé un objet…

 Explication en vidéo.

 

Article similaire : Osteopathie et lumbago, le duo gagnant.

Ostéopathie et lumbago, le duo gagnant !

Vous ressentez une forte douleur dans le bas du dos, vous avez l’impression d’être géné ou bloqué
quand vous faites certains mouvements, alors vous souffrez très certainement d’un lumbago
(douleurs lombaires).

Pas de panique, il est important que vous sachiez que, non, vous n’êtes pas le – ou la – seul(e) à en
souffrir ou à en avoir souffert. En effet, selon plusieurs études, 60 à 70% des français âgés de 30 à
64 ans ont déjà vécu des lombalgies, plus ou moins fortes, dans les 12 derniers mois.
Ce qui en fait le motif de consultation numéro 1 en ostéopathie.

Pourquoi ça fait mal ?
Le bas du dos (zone lombaire) est composé de 5 vertèbres. Elles sont séparées les unes des autres
par un disque cartilagineux, qui limite les frottements entre les surfaces articulaires et sert
d’amortisseur.Ce disque est souvent en souffrance lors de lumbago est provoque des douleurs.

Les disques ne sont pas les seuls pourvoyeurs de douleurs lombaires.
Effectivement muscles, tendons, ligaments, nerfs, articulations vertébrales, sont également des
facteurs de douleurs.

Le travail de l’ostéopathe sera de mettre la main sur la véritable cause de la douleur afin de
supprimer l’origine de la lombalgie.

Pourquoi votre dos est bloqué ?
Origine mécanique.
De loin la cause la plus fréquente. Elle peut avoir lieu suite à des micro-traumatismes répétés
(personnes qui exercent des métiers physiques ou le port de lourdes charges, comme les maçons, les
déménageurs, etc.), d’une scoliose, d’une inégalité de longueur de jambes, de genoux ou de
chevilles en valgus (vers l’intérieur) / varus (vers le dehors), etc. Cela peut créer, au fur et à mesure
des années, une hyper-sollicitation de vos lombaires, qui, un jour, se déclenche en grosse douleur.

Origine traumatique.
Consécutif à un accident de voiture type “coup du lapin” ou une chute sur les fesses, par exemple.
Même si le traumatisme date de quelques années, cela peut provoquer un terrain fragilisé, avec des
tensions tout le long de la colonne vertébrale.

Origine viscérale.
De parts certains réflexes du corps ainsi que le système neurologique, sachez que vos organes
digestifs peuvent être responsables de douleurs lombaires.
Sans rentrer dans les détails, sachez que tous vos systèmes, digestif, urinaire et gynécologique, sont
étroitement liés à votre colonne vertébral. Des tensions dans l’un des systèmes (diarrhée,
constipation, prostatite, etc.) favorisent des tensions au niveau de la colonne, et inversement.

– Origine pathologique.
En cas d’arthrose, d’arthrite, d’ostéoporose, de spondylarthrite, ou d’hernie discale connue, cela
peut venir fragiliser la zone lombaire. En effet, la douleur est d’origine compressive s’il y a une
hernie discale. Autrement dit, les nerfs au niveau lombaire sont irrités, car ils subissent une
pression/compression. Les symptômes associés sont souvent des irradiations (type sciatique ou
cruralgie) à type de décharges électriques dans la cuisse, parfois même jusqu’au pied, correspondant
au trajet d’un nerf comprimé.

Le rôle de l’ostéopathe pour un lumbago.
La plupart du temps les médecins prescrivent des anti-inflammatoires. Malheureusement, dans la
plupart des cas, il y a 0 effet, ou alors les médicaments cachent la douleur qui revient quelques
semaines ou quelques mois plus tard.

Le lumbago non traité ou mal pris en charge peut alors être chronique et devenir particulièrement
handicapant !
Les séances d’ostéopathie ont tout d’abord un premier but : diminuer le plus rapidement possible les
douleurs du dos. Le second but est d’éviter que les lombalgies ne deviennent chroniques et qu’elles
ne surviennent plus, ou alors le plus tardivement possible.

Comme nous l’avons dit dans le paragraphe précédent, les causes de votre lombalgie peuvent être
très diverses. Cela peut donc vous surprendre, au premier abord. Voilà pourquoi, en cas de douleurs
au niveau du bas du dos, votre ostéopathe traitera votre corps dans sa globalité, un des principes
premiers en ostéopathie. En effet, il regardera votre posture, corrigera les lésions existantes au
niveau des articulations lombaires, détendra les contractures réflexes des muscles spasmés,
relâchera les articulations du dos et du bassin, soulagera les tensions viscérales, diaphragmatiques
etc.
Son but est de redonner de la mobilité à votre dos !

Les conseils de votre ostéopathe.
– Quelques conseils à suivre pour votre lumbago en période de douleur aiguë :
• du chaud (bouillotte, patch chauffant, serviette chaude et humide) pour diminuer la contracture.
• massez la zone douloureuse avec de l’huile d’arnica, par exemple.
• faire des cataplasmes à base d’argile verte. Laisser agir 2h. Poser la poche de chaud sur le cataplasme pour augmenter l’effet anti-inflammatoires.
• Traitement naturel : prise d’harpagophytum en gélule. Anti-inflammatoire naturel.
L’organisation mondiale de la santé (OMS) estime “cliniquement avéré” l’usage de
l’harpagophytum “dans le traitement des douleurs liées aux rhumatismes”, en particulier dans
l’inflammation chronique d’une articulation, l’arthrose et la lombalgie.
• étirez votre dos :

 

– Quelques conseils à suivre, même hors période aiguë, pour éviter un lumbago :
Pour soulever des objets lourds : fléchissez les jambes, placez les genoux de part et d’autre de
l’objet à soulever, gardez le dos droit, poussez sur vos cuisses.
Pratiquez régulièrement une activité physique, tels que la marche, le vélo ou la natation (de
préférence sur le dos), avec des échauffements et des étirements réguliers et adaptés.
Le matin, au lever du lit, lorsque les muscles ne sont pas encore « chauds » : placez-vous sur le
côté, pliez les jambes, redressez-vous, en vous aidant de vos bras, et en laissant les jambes
descendre en dehors du lit.
Si vous travaillez derrière un bureau, ne restez pas constamment assis et levez-vous de temps en
temps, pour vous dégourdir les jambes et vous étirer (y compris en voiture, en train ou en avion,
surtout si vous voyagez beaucoup).

Si vos douleurs persistent malgré tous vos efforts, n’hésitez pas à contacter votre ostéopathe ou à prendre rendez vous ICI.

 

JARRIER Valentin.

Ostéopathe D.O à Saint-Maur-des-Fossés.

Comment soulager ses cervicales avec quelques gestes simples !!

Si vous souffrez de douleurs au niveau du cou, cet article est fait pour vous !!!

Les douleurs cervicales sont fréquentes : Les études estiment entre 14 et 43% la fraction de la
population souffrant de problèmes cervicaux, au moment où vous me lisez, 43%… ce serait près d’1
personne sur 2 !! Vous n’êtes pas seul(e)!

Mauvaises positions au travail, postures prolongées, mouvements répétés …  sont des causes
d’inconfort ou de douleur cervicale également appelées cervicalgies.

La plupart du temps, les douleurs sont dues à une contracture des muscles du cou ( trapèze, scalène,
SCOM …) et peuvent s’étendre de la base du cou, le long des cervicales jusqu’aux épaules.

Lorsque ces douleurs persistent dans le temps, celles-ci peuvent engendrer des blocages vertébraux,
des douleurs au niveau :
– des ligaments ou tendons qui maintiennent les cervicales entre elles.
– ou même des disques intervertébraux qui séparent les vertèbres entre elles.

A la longue, tous ces symptômes peuvent favoriser la cervicarthrose ou arthrose cervicale et faire
perdurer vos douleurs.

Les principaux symptômes des cervicalgies chroniques sont :
– Douleurs musculaires le long des cervicales (sensation de tiraillements ou de courbatures)
– Sensation de blocages articulaires sur certains mouvements (rotations et flexions du rachis
cervical).
– Douleurs le long des épaules qui peuvent descendre jusqu’aux omoplates.
– Douleurs neurologiques type Nevralgie Cervico Brachiale NCB également appelée
« sciatique du membre supérieur ». Ce sont des sensations de coup de jus dans le bras qui
peuvent aller jusque dans les doigts dans certains cas.
– Vertiges, nausées, vomissements peuvent être présent dans certains cas.
– Migraines.
– Acouphènes

Tous ces symptômes rendent la vie pénible et difficile pour les patients qui en souffrent.

C’est pourquoi il est important de garder une bonne souplesse et une bonne mobilité au niveau du
rachis cervical pour éviter de laisser des douleurs s’installer dans le temps.
Pour cela il existe des gestes simples et efficaces.

Voici quelques exercices à faire tous les matins avant de commencer votre journée de travail.

 

  Faites 30 rotations d’un coté, puis 30 de l’autre. Commencez par faire de petit rond puis augmenter les ronds de plus en plus.

 

 

 

 

 

 

Ramenez les épaules vers le haut puis redescendre en douceur en position normal. 30 répétitions.

 

              

 

 

 

 

Attrapez vos épaules en arrière, enroulez la tète dans les bras puis tirer les épaules vers l’avant et le bas jusqu’à sentir l’étirement au milieux du dos. A maintenir 30 secondes tout en prenant de grandes respiration pour augmenter l’effets de l’étirement.

 

Assis ou debout, éloignez l’épaule droite de l’oreille droite jusqua ressentir l’étirement dans la nuque. Maintenir 30 secondes puis faire pareil du cote gauche.

 

 

 

Quelques conseils pour soulager vos douleurs :

– Massez vous avec de l’huile essentielle de Gaulthérie ou d’Arnica.
Ces huiles possèdent des vertus anti-inflammatoires. Le massage localisé sur la zone
douloureuse permettra une détente musculaire et un drainage des tissus.
– Pensez à changer votre literie. Un bon oreiller est primordial pour éviter les douleurs
cervicales. Les oreillers à mémoire de forme ont la particularité de s’adapter aux courbures
de votre rachis et donc d’éviter les mauvaises positions durant la nuit.
– Ne dormez pas sur le ventre. La position allongée sur le ventre est fortement déconseillée si
vous souffrez de cervicalgie. En effet, la rotation de la tête maintenue toute une nuit d’un
coté ou d’un autre va mettre en tension vos muscles et vos articulations.
Si vous voulez éviter les torticolis au réveil, pensez donc à changer vos habitudes.
– Adaptez votre poste de travail. Une bonne ergonomie au travail et un poste de travail bien
organisés vous éviteront beaucoup de soucis.
Les postures prolongées et répétées au travail font parties des principaux pourvoyeur de
douleurs cervicales, dorsales ou lombaires. Pensez y !!

 

Les mauvaises postures au travail. 

 

Les bonnes postures à adopter.

Si vos douleurs persistent malgré tous vos efforts, pensez à faire le point avec votre ostéopathe en
prenant rendez vous ici.

Valentin JARRIER,

Ostéopathe D.O à Saint-Maur-des-Fossés.